//
vous êtes en train de lire..
Japon

[2007/06/12] Japon : le premier jour !

Le premier jour, enfin juste la moitié de la journée, vu qu’on a atterri à 12h et que le temps de sortir de l’aéroport, trouver l’hôtel et se préparer pour sortir, il était déjà 15h !

On commence par se balader dans le coin pour voir ce qu’il y a. On repère quelques cafés, pour prendre le petit déjeuner par exemple, car il n’est pas compris dans les nuits d’hôtel, des combinis type Seven Eleven & Lawson, un Mac Donald’s, un poste de police, le Keio Plaza Hotel et le Love !




Avant de continuer à se balader, on part se restaurer au Macdo car on a trop faim ! Mon frère prend un big mac Teriyaki, et moi un hamburger simple avec des frites. Le big mac Teriyaki est assez surprenant. C’est un big mac normal avec la sauce teriyaki en plus. Ca donne un mélange sucré/salé au burger. Par contre, ce qui me choque est qu’il y a des espaces fumeurs dans les salles. Ces espaces sont séparés par une simple plaque en plastique qui ne sert à rien..

Une fois rassasié, on va voir l’hôtel de ville de Tokyo. Le bâtiment est énorme, et il y a une grande place. C’est là que je vois un téléphone public japonais et un distributeur de cigarette !





Ensuite, on sort de Shinjuku et direction le quartier d’Harajuku ! Mais d’abord, il faut réussir à y aller ! On décide de prendre le métro car à pied ça fait un peu loin et on ne veut pas prendre de taxi car trop cher. Arrivés à la station de métro, on ne comprend rien aux panneaux japonais ni aux machines et donc ni au fonctionnement du métro. On va à l’accueil et on nous explique poliment par langage des signes. On finit par comprendre. En fait, il faut déjà repérer où on est sur la carte, puis repérer où on va et là il y a marqué combien coûte le ticket de métro. Le prix du ticket varie en fonction de la destination. On paie moins de 200 yens et on prend le métro.

Et là surprise, le métro japonais est grand et propre ! Rien à voir avec le métro parisien ! Tout d’abord, sur le quai vous avez des marquages au sol qui correspondent aux portes d’entrée des wagons du train et il faut faire la queue. A l’intérieur du wagon, il y a deux rangées de sièges qui sont collées au paroi du wagon et tout le long du train. Il est possible d’accéder aux autres wagons par des portes. Les premier et dernier wagons du train sont réservés aux femmes aux heures de pointe. Cela évite les attouchements que subissent les japonaises ! Il y a des écrans au-dessus de chaque porte. Ceux-ci diffusent de la publicité mais aussi montrent la carte du métro de Tokyo, disent à quelle station on est, quelle est la prochaine et où il va falloir sortir (à droite ou à gauche).. Bref très ingénieux ! Ce qui m’a plu aussi, c’est qu’à certaines gares, il y a des murets ou des vitres pour la sécurité du public afin d’éviter tout accident de tomber sur les voies.

Arrivés à Harajuku, on se dirige dans la Takeshita Street. Elle est connue, notamment pour ses jeunes branchés qui se baladent dans un style extravagant et pour ses articles de mode. Malheureusement, ce jour-là, on n’a pas vu de cosplayers. Il y a pourtant un monde fou qu’il en est difficile de circuler.


On continue sur Omote Sando, l’équivalent de l’avenue des Champs-Elysées à Paris. La rue est très longue, elle est remplie de magasins de luxe (Cartier, Louis Vuitton, Chanel..), de restaurants et de cafés. Mais la boutique qui m’a le plus plu est Kiddy Land. Elle est composée de 6 étages qui sont remplis de jouets et goodies de toute sorte. Entre autre, des peluches Sanrio (Hello Kitty, Badtz Maru, Rilakuma..), des figurines (Mario, Star Wars, Spiderman..), des robots (Gundams, Ghost in the Shell..). Bref le paradis ! J’ai tout de suite craqué 🙂

On finit au Condomania, une boutique spécialisée dans le préservatif. Il y en a de toute sorte et pour tous les goûts. J’ai trouvé ça amusant.


On se posé sur un banc pour réfléchir à ce qu’on va faire ensuite et je m’endors carrément tellement je suis fatiguée !

On décide d’aller manger. On retourne sur Shinjuku et on choisit un sushi bar ! Je veux absolument voir à quoi ça ressemble et ce que ça fait de manger dans un sushi bar japonais. On n’ose pas trop entrer au début car on ne parle pas un mot de japonais mais on prend notre courage à deux mains car on a trop faim. On s’installe là où il y a de la place et on comprend le fonctionnement. Les assiettes ont une couleur qui correspond à un prix, il suffit de se servir. Si on veux quelque chose en particulier, comme des sushis qui ne sont pas sur le tapis roulant ou de la soupe miso, il faut demander au cuisinier qui se trouve au milieu du tapis. L’eau et le thé vert chaud sont à volonté. Par contre, ce n’est pas très bon, le poisson n’est pas très frais, on voit bien que les sushis sont fait à la chaîne et sans vraiment de soin mais ce n’est pas cher. C’est sûrement pour ça.. On sort un peu déçu mais rassasié.

On continue de se balader dans le Kabuki-chô à Shinjuku. Il n’y a que des restaurants et des salles d’arcade. Les rues sont très illuminées, c’est vraiment beau.


On finit par rentrer vers 1h du matin car trop fatigués et une grosse journée nous attend le lendemain !

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Archives

%d blogueurs aiment cette page :